DATI/PTI : utiliser la vidéo sans compromettre votre infrastructure

On peut dire que nous consommons toujours plus de vidéo au quotidien. Les jeunes gens préfèrent les plateformes de streaming à la télévision, nous avons des caméras dans nos voitures, nos maisons et nos téléphones.

L’adoption de la vidéo a transformé notre société en profondeur et a sans aucun doute une incidence sur notre manière de communiquer, de travailler et de prendre des décisions pour nos achats courants.

On pourrait en citer d’innombrables exemples, mais le fait que plus d’un milliard d’heures de vidéo sont vues chaque jour sur YouTube, que la télémédecine vidéo est désormais remboursée par la Sécurité sociale, et que la vidéo courte reste un outil de content marketing efficace en 2019, nous montre très précisément où nous en sommes.

Le contenu vidéo, quand il est bien fait, génère de l’engagement. Tout comme les opportunités commerciales qu’il ouvre. À cet égard, le marché de la protection des travailleurs isolés ne fait pas exception. L’utilisation de caméras pour la sécurité n’a rien de nouveau, mais la protection des locaux et les appareils avec caméra intégrée sont deux choses très différentes. Les appareils avec caméra embarquée sont un secteur relativement jeune. Initialement déployées par les forces de police (les fameuses « caméras-piétons »), elles commencent à se généraliser dans le civil. Mais ce type d’appareil est-il facile à déployer ?

Voici quelques points à prendre en compte :

Pour tous ceux qui découvrent le sujet, le processus peut avoir quelque chose d’intimidant. En effet, le choix du système dépendra de plusieurs critères. Il est notamment important que le format et les fonctionnalités de l’appareil répondent aux besoins de l’application :

* Critère temporel

Avec de nombreux dispositifs avec caméra intégrée, on accède à la vidéo une fois l’événement terminé. Il faut donc attendre d’être de retour au bureau pour brancher l’appareil et télécharger le contenu. Le téléchargement, le stockage, le floutage et la suppression des vidéos peuvent représenter un investissement en temps considérable pour le personnel.

* Infrastructure

Les systèmes à enregistrement continu génèrent un grand volume de vidéos. Héberger des milliers d’heures de film (souvent en HD) peut donc se révéler très coûteux en espace de stockage.

L’employeur doit également veiller à ce que le personnel soit correctement formé et équipé pour respecter les obligations techniques et éthiques en matière de gestion des données vidéo.

* Protection des données personnelles et respect de la réglementation

Il s’agit d’un critère majeur pour toute entreprise qui souhaite utiliser des appareils à caméra intégrée, notamment avec l’entrée en vigueur du RGPD. Votre organisation est-elle bien équipée pour satisfaire à ses obligations en matière de traitement et de conservation des données, de floutage, de suppression et de mise en place des politiques associées ? Possède-t-elle (ou a-t-elle facilement accès à) l’expertise-conseil requise pour s’assurer que le déploiement est en phase avec la législation tout en permettant à la solution de fonctionner comme prévu ?

A-t-elle pris en compte les différentes licences, certifications, législations et lignes directrices sectorielles (APSAD, Code de la Sécurité intérieure, CNIL, etc.) ? Son personnel possède-t-il toutes les habilitations nécessaires dans le domaine de la vidéoprotection ?

* Coûts

La question des coûts est un volet compliqué du cahier des charges, car de nombreux systèmes nécessitent un investissement initial qui pose un risque financier aux premiers stades de l’adoption de la technologie. Vous devez alors vous engager financièrement sur le long terme alors même que le personnel n’est pas encore entièrement impliqué.

Le streaming pour aller plus vite !

Pour les entreprises qui recherchent une solution avec vidéo intégrée ayant un impact plus léger en matière de protection des données et d’infrastructure, utiliser un appareil qui filme uniquement en cas d’événement (tel que le DATI SoloProtect ID Pro) présente des avantages.

La gestion, le stockage et le floutage des vidéos sont effectués pour le client par des professionnels habilités, au moyen d’une solution conçue selon le principe de privacy by design. La protection des données est spécifiée dans un cahier des charges spécifique à votre application et à votre scénario de déploiement. Les vidéos sont communiquées au client (ou à d’autres autorités sur demande) lorsque cela est justifié.

Enfin, la vidéo enregistrée peut influencer positivement l’issue d’une « alerte rouge », il ne s’agit pas uniquement d’un élément de preuve a posteriori.

De plus, une solution PTI sans coûts initiaux, permettant d’impliquer le personnel et de faire des essais avant le déploiement, qui comprend également un service de conseil sur la protection de la vie privée, assure à nos clients la mise en œuvre d’une solution économique, sur mesure et conforme à la législation.

Pour en savoir plus sur les solutions de protection du travailleur isolé SoloProtect.

info@SoloProtect.fr

Vous avez des questions ? Contactez-nous !