Forte chaleur : la prévention des risques au travail

L’été arrive et avec lui des journées plus chaudes, voire caniculaires. Avec la montée des températures se pose la question des risques posés par le travail en période de chaleur. Quels sont-ils et comment protéger efficacement les salariés ?

L’été arrive et avec lui des journées plus chaudes, voire caniculaires. Avec la montée des températures se pose la question des risques posés par le travail en période de chaleur. Quels sont-ils et comment protéger efficacement les salariés ?

Les journées très chaudes sont particulièrement dangereuses pour les personnes travaillant à l’extérieur : ouvriers du BTP, chauffeurs routiers, agents de sécurité, ou encore personnel itinérant... La chaleur peut être dangereuse pour la santé et augmenter le risque d’accident ou de malaise. Une exposition à la chaleur peut entraîner des effets physiques tels que déshydratation, crampes, fatigue, pouvant aller jusqu’au coup de chaleur ou à l’insolation, avec potentiellement des conséquences graves (y compris le décès). Elle peut également augmenter le risque d’accident du travail (transpiration gênante, manque de concentration, etc.).

Travail isolé et chaleur : évaluer les risques

L’INRS recommande d’éviter le travail isolé en cas de forte chaleur ou de canicule. Mais si cela n’est pas possible, il convient d’évaluer les risques et de prévoir des mesures de prévention appropriées.

Le premier facteur de risque est bien entendu la température. On considère qu’une température supérieure à 28 °C constitue un risque pour les travailleurs exerçant une activité physique. Si la chaleur est associée à une forte humidité, les risques sont encore plus importants. L’intensité de l’effort et la pénibilité de la tâche sont d’autres facteurs à prendre en compte.

Les personnes sont plus ou moins sensibles à la chaleur. Certains facteurs sont aggravants : obésité, âge, antécédents médicaux, prise de médicaments ou d’alcool...

Prévenir les risques liés à la chaleur en été

Par forte chaleur, l’organisme est davantage sollicité et une adaptation des comportements est nécessaire : porter des vêtements légers, boire régulièrement, se protéger du soleil... Il est également recommandé d’adapter le rythme et l’intensité du travail en fonction de la sensibilité à la chaleur. Les repas copieux, les boissons alcoolisées et la caféine sont à éviter.

Pour l’employeur, l’aménagement des horaires de travail pour éviter les heures les plus chaudes de la journée et la réduction des efforts (utilisation d’aides mécaniques, report des travaux les plus pénibles, etc.), ou encore l’aménagement de zones climatisées ou ombragées, sont autant de mesures permettant de réduire les risques pour les salariés.

L’information du personnel est également un aspect primordial de la prévention des risques au travail. Les employés doivent connaître les risques liés à la chaleur et les mesures de premiers secours associées (alerter les secours, amener la personne dans un endroit frais, etc.).

Améliorer la sécurité du personnel l’été

Au-delà de toutes ces actions de prévention des risques, des moyens techniques peuvent être mis en œuvre. Le travail isolé, qu’il soit ponctuel et régulier, constitue notamment un facteur aggravant. Dans ce cas, des dispositifs d’alarme (DATI) contribuent à assurer la sécurité des travailleurs isolés en atténuant un facteur de risque : l’absence d’assistance immédiate. Les solutions de protection dédiées aux travailleurs isolés permettent ainsi d’accélérer l’alerte et l’intervention des secours et d’augmenter les chances d’une issue positive pour le travailleur isolé en difficulté.

Vous avez des questions ? Contactez-nous !